globe
S o c i é t é   I n t e r n a t i o n a l e    d ' E t u d e  
 d e s     L i t t é r a t u r e s    d e     l ' E r e    C o l o n i a l e
                                                                           

         accueil

            
 Présentation de la  société

 Les littératures de  l'ere coloniale

 Les publications


                         Contacts             Liens              Adhésions              Liste des articles publiés dans ce site                Dernières mises à jour


  Regard des écrivains européens d'Algérie sur la société musulmane (1900-1940)

Archives d'Outre-mer (Aix-en-Provence)

27-28 novembre 2003

Il s'agit, lors de ces rencontres, de se livrer à un travail d'archéologie de la mémoire un peu particulier, en examinant en priorité des textes qui ont la prétention de rendre compte d'une réalité sociale et historique tout en traduisant celle-ci dans des catégories imaginaires étroitement liées à l'ère coloniale. Les écrivains européens d'Algérie, dans le contexte politique de l'époque, ont-ils su voir la société musulmane, comprendre ses ressorts profonds, la saisir dans son historicité spécifique? La question est d'autant plus intéressante lorsqu'on aborde des romanciers, des littérateurs, et non pas, bien sûr, des africanistes ou des ethnographes. Chez les premiers, la réalité est autant inventée que répertoriée. Les idéologies contemporaines s'y lisent parfois très crûment. Qu'ont retenu ces écrivains des mondes arabes ou berbères? Qu'ont-ils oublié de dire et de décrire? Relire leurs livres, c'est s'interroger aussi sur leur (in)capacité à voir le monde qui les entoure: quelles furent les limites de leur perception des choses? Lesquels parvinrent à les transgresser, en allant contre les opinions dominantes du temps? Les stratégies d'édition ne sont pas non plus innocentes. Certains choisirent d'être publiés en Algérie (Marie Bugeja entre autres). La plupart tentèrent leur chance à Paris. Que signifient ces choix dans le trajet de reconnaissance d'écrivains que la métropole avait souvent tendance à considérer comme périphériques? Les a-t-on lus encore après l'Indépendance, et pour leur poser quelles questions? Ces rencontres seront ainsi l'occasion de reproblématiser des oeuvres pour la plupart oubliées en dehors du cercle étroit des spécialistes: Magali Boisnard, Marie Bugeja, Ferdinand Duchene, Lucienne Favre pour n'en citer que quelques-uns.


Responsables scientifiques

Françoise Durand-Evrard, directrice des Archives d'Outre-mer, Aix-en-Provence;
Lucienne Martini, responsable de publication d' Ultramarines, IREMAM, CNRS.
Jean-François Durand, Professeur des Universités, Montpellier III.
Naget Khadda, Maître de Conférences, Montpellier III.


Institutions et Sociétés Savantes

Mémoires méditerranéennes (Aix-en-Provence)
Société internationale d'étude des littératures de l'ère coloniale
Centre d'étude du XXème siècle (Montpellier III)
Centre des écrivains du Sud (Aix-en-Provence)
Centre international d'études francophones (Paris-Sorbonne)
La suite des rencontres aura lieu en 2004 à Alger (responsable Messaouda Yahiaoui, Institut d'Histoire).

   [ Retour  Année 2004  ]

                                                                                                                    

hebergeur hebergement image
rencontre Regard des écrivains européens d'Algérie sur la société musulmane (1900-1940)