globe
S o c i é t é   I n t e r n a t i o n a l e    d ' E t u d e  
 d e s     L i t t é r a t u r e s    d e     l ' E r e    C o l o n i a l e
                                                                           

         accueil

            
 Présentation de la  société

 Les littératures de  l'ere coloniale

 Les publications


                         Contacts             Liens              Adhésions              Liste des articles publiés dans ce site                Dernières mises à jour


Etat des recherches en littérature anglophone                     [ 1/2 ]
Jean Sévry , Université Montpellier III

   

   Que peut-on dire des écarts qui sépareraient les littératures coloniales anglophones de celles de la francophonie ? On a beaucoup débattu sur la question, non sans excès, en opposant  le système français de « l’assimilation » à celui de « l’Indirect Rule ». Il est bien vrai que les systèmes de colonisation et les mentalités n’étaient pas les mêmes, ce qui correspondait aussi et correspond encore à des différences historiques et culturelles existant entre les métropoles en présence, tant au niveau économique que sur le plan des idées (importance de la dimension protestante ou calviniste par opposition à une laïcité républicaine, même si ce contraste mérite d’être nuancé). Il faut encore mentionner des aires géographiques spécifiques (Empire des Indes, Australie, Afrique australe, etc…). Nous avons été longtemps en rivalité, en Afrique comme au Moyen-orient.

  Mais il y a plus. Si l’Angleterre a fait assez rapidement le deuil de ses colonies (Indes, dès 1947), il n’en a pas été de même pour notre pays, qui ne l’a toujours pas terminé. Ce qui s’est passé à Madagascar, en Indochine et en Algérie n’est pas comparable à ce qui s’est déroulé au Kenya. Sous Pétain comme sous De Gaulle, la France n’a pas cessé d’exalter son empire pour tenter de panser les blessures de la défaite de 1940, et tout ceci a fini par constituer des lourdeurs, des pesanteurs historiques que l’on retrouve en 2005 au travers d’un débat très confus sur « les aspects positifs » de notre passé colonial.
 fg                                                                                                                   fd

meilleur hébergeur hebergement com
rencontre Etat des recherches en littérature anglophone