globe
S o c i é t é   I n t e r n a t i o n a l e    d ' E t u d e  
 d e s     L i t t é r a t u r e s    d e     l ' E r e    C o l o n i a l e
                                                                           

         accueil

            
 Présentation de la  société

 Les littératures de  l'ere coloniale

 Les publications


                         Contacts             Liens              Adhésions              Liste des articles publiés dans ce site                Dernières mises à jour


L’Inde bouddhiste d'André Chevrillon                                        [1/20] 
Jean-François Durand ,  Montpellier III                

    Quelques rééditions récentes1 ont permis de redécouvrir André Chevrillon, mais surtout les textes “marocains”, Un crépuscule d’Islam  (1906) et Marrakech dans les palmes  (1919): relectures nécessaires d’un auteur que la gloire de Pierre Loti, qui fut son ami et son rival, avait éclipsé, et dont on mesure à nouveau l’importance. En effet, ce neveu d’Hippolyte Taine, agrégé d’anglais en 1887, lecteur de Shelley, Macauley, mais aussi de Stendhal et Hugo, eut dès ses premiers voyages le sentiment d’être le témoin d’une époque privilégiée. De très anciennes sociétés existent encore, dont le principe organisateur, les univers religieux, ne doivent rien à l’Europe, au point que l’on peut  parler -Chevrillon cite alors Renan- d’humanités différentes de l’humanité occidentale2. Mais cette différence éclatante, Chevrillon ne la perçoit jamais du point de vue d’un Européen convaincu de la supériorité de sa civilisation technique, et du principe rationaliste et pragmatique qui l’a rendue possible. Ailleurs, des cultures puissantes ont privilégié leur rapport à l’absolu, hantés qu’elles furent par des mondes que nous ne savons plus voir -pour reprendre les mots même de Chevrillon. Or, au moment où il entreprend son premier grand voyage en Inde, en novembre 1888, la France et l’Angleterre renforcent partout leur emprise coloniale. Un irréversible mouvement d’occidentalisation du monde est en cours, dont il observe d’abord les effets à Ceylan, en Inde et en Birmanie avant de les retrouver quelques années plus tard sur la côte marocaine, à Casablanca3


1 Un crépuscule d’Islam, Casablanca, EDDIF, Bibliothèque arabo-berbère, 1999 (1ère éd. Hachette, 1906). Terres Mortes, Paris, Phébus, 2002 (1ère éd. Hachette, 1897). Marrakech dans les palmes, Aix-en-Provence, 2002 (1ère éd. Calmann-Lévy, 1919).  
2 “Ici tout indique une civilisation autre, peut-être, -c’était l’idée de Renan, -une autre humanité, développée depuis les origines hors de tout contact avec la nôtre” (Sanctuaires, 239).  
3 Marrakech dans les palmes, op.cit., p. 18-21.  
 fg                                                                                                                   fd