globe
S o c i é t é   I n t e r n a t i o n a l e    d ' E t u d e  
 d e s     L i t t é r a t u r e s    d e     l ' E r e    C o l o n i a l e
                                                                           

         accueil

            
 Présentation de la  société

 Les littératures de  l'ere coloniale

 Les publications


                         Contacts             Liens              Adhésions              Liste des articles publiés dans ce site                Dernières mises à jour


L’Inde dans la littérature anglaise de l’ère coloniale                  [1/6] 
Michel Naumann, Université Paris-12                

   L
’Inde hanta très tôt les marchands et les voyageurs anglais car dès la Renaissance des expéditions vers l’Amérique du Nord et les mers de la Sibérie tentèrent de trouver vers le pays des épices une voie originale. Il fallut pourtant se résoudre à suivre les Portugais et les Espagnols et à se contenter de modestes comptoirs, notamment à Surat. Mais au milieu du XVII° nous trouvons les Anglais à Madras (1639), Bombay (1662) et Calcutta (1690). Leurs récits de voyage, un peu froids lorsqu’ils sont comparés aux Portugais, définissent l’Inde comme un autre plutôt lointain et ne s’impliquent ni dans ses débats d’idées ni dans ses luttes.
 Au XVIII°, après la mort de l’empereur Aurengzeb (1707), le morcellement de la péninsule favorisa la rivalité franco-anglaise et la domination de l’Inde par Clive et Hasting. Les récits des conquérants se répartissent entre ceux qui font de la domination leur but et la petite minorité de ceux qui rêvent d’une entité anglo-indienne. Aucune tradition littéraire anglaise ne retiendra le personnage – si populaire en France, notamment chez Eugène Sue - du prince indien en lutte contre la colonisation. Il reste pourtant possible de supposer que le tigre nocturne du très beau poème de Blake soit un des tigres du Mysore, Tipu Sultan, le prince Jacobin, ou son père Hyder Ali, prestigieux ennemis de la C° des Indes. L’influence que préférèrent retenir les Anglais fut moins subversive puisque les écrits mystiques de Dara Suko, le frère et rival d’Aurengzeb, qui tenta de fondre islam et hindouisme, traduits en latin par le savant français Anquetil-Dupeyron et très lus en Allemagne, inspirèrent de nombreux romantiques. L’Inde religieuse inquiétait moins ses conquérants, prompts à s’allier aux castes sacerdotales, que l’Inde en lutte, moderne et guerrière.
 fg                                                                                                                   fd