globe
S o c i é t é   I n t e r n a t i o n a l e    d ' E t u d e  
 d e s     L i t t é r a t u r e s    d e     l ' E r e    C o l o n i a l e
                                                                           

         accueil

            
 Présentation de la  société

 Les littératures de  l'ere coloniale

 Les publications


                         Contacts             Liens              Adhésions              Liste des articles publiés dans ce site                Dernières mises à jour


         Deux visions de la Tunisie à l'ère coloniale : 

           André Demaison , La Revanche de Carthage (1934)                                              Andrée Viollis : Notre Tunisie (1939)               1 / 41      Jean-François Durand / Université de Montpellier III 

       Si j’ai choisi deux auteurs aussi dissemblables qu’André Demaison et Andrée Viollis pour poser le problème du regard des écrivains français de l’Entre-deux-guerres sur les problèmes coloniaux de la Tunisie, c’est pour plusieurs raisons convergentes qui mériteraient chacune un article spécifique . Leurs livres, publiés respectivement en 1934 (Paris, Les écrivains français, une maison conservatrice) et 1939 (Paris, Gallimard, de sensibilité libérale) appartiennent à un genre qui connut en ces années-là une sorte d’apogée. Ils tiennent du récit de voyage par l’art de la narration, le choix de détails pittoresques, la richesse descriptive, mais ils sont aussi des essais, qui prennent partie à un moment très précis (et crucial) de l’histoire du protectorat tunisien, et qui présentent une synthèse, très engagée dans les deux cas, une sorte de vision politique, qui se veut cohérente, et qui est bien évidemment sous-tendue par les courants de pensée qui s’affrontent en métropole, même si Andrée Viollis sera très attentive à exprimer le point de vue du nationalisme tunisien, alors qu’André Demaison adhère, sans presque aucune réserve 1, à l’idéologie des « prépondérants ».

1 Ses critiques tendent toutes à rendre le projet colonial plus efficace, plus cohérent, plus en prise aussi sur les soucis d’une population indigène qu’il faut couper le plus possible des revendications nationalistes.
 fg                                                                                                                   fd