globe
S o c i é t é   I n t e r n a t i o n a l e    d ' E t u d e  
 d e s     L i t t é r a t u r e s    d e     l ' E r e    C o l o n i a l e
                                                                           

         accueil

            
 Présentation de la  société

 Les littératures de  l'ere coloniale

 Les publications


                         Contacts             Liens              Adhésions              Liste des articles publiés dans ce site                Dernières mises à jour


Le Liban dans la littérature romantique française
Naissance, évolution et déclin d'un mythe orientaliste de l'ère coloniale (1780-1920)                                                                        [1/10]
Gérard Chalaye , Université de Rennes
   ll est à peine paradoxal de prétendre que le Liban géographique, historique, culturel et religieux, jusque là confondu, dans un espace syrien, aux contours vagues et indéterminés, est une invention littéraire, de la France du XIXè siècle, en relation avec ses entreprises expansionnistes coloniales. En effet, les vagues successives des écrivains-voyageurs français épousent, fidèlement, les différents flux géostratégiques, militaires et économiques du pays et façonnent le mythe romantique, participant à la création d’un nouvel Etat-Nation, à l’occidentale. Ainsi se trouve créé un grand thème artistique amorçant le processus culturel qui aboutira au Mandat de 1920. Le but n’est pas seulement d’affirmer que la littérature française "produit" du politique – parfois en réagissant contre lui - ; mais aussi, réciproquement, que le politique contribue à l’élaboration, à l’évolution et au déclin de l’un des principaux mythes orientalistes de l’ère coloniale. Il est, d’ailleurs, frappant de constater à quel point cette invention mythique du Liban est tributaire de facteurs matériels et techniques comme le développement des moyens de communication et du tourisme.

I – ORIGINE (1780-1840)
   
   A la fin du XVIIIè siècle, Constantin-François Chassebeuf, dit Volney (1757-1820), décrit les multiples aspects du climat et de la végétation et, surtout, présente l’étonnante mosaïque confessionnelle libanaise et l’inégale répartition de la population. Il fournit, en effet, les principales informations, dès 1787, en particulier pour ce qui concerne le système complexe des communautés. Outre les raisons qu’il donne lui-même de son voyage en Orient, de décembre 1782 à mars 1785, il est permis decroire qu’il enquête, aussi, pour le compte du ministre Vergennes sur les possibilités de débarquer en Egypte. Il publie son voyage au début de 1787 ; ce fut un grand succès de librairie. Ouvrage "philosophique" où dans tous les domaines (archéologique, climatique, économique, social, politique), la démarche conserve un caractère scientifique sans aucune concession au pittoresque. Loin du romantisme, Volney reste un homme des Lumières.   

 fg                                                                                                                     fd