globe
S o c i é t é   I n t e r n a t i o n a l e    d ' E t u d e  
 d e s     L i t t é r a t u r e s    d e     l ' E r e    C o l o n i a l e
                                                                           

         accueil

            
 Présentation de la  société

 Les littératures de  l'ere coloniale

 Les publications


                         Contacts             Liens              Adhésions              Liste des articles publiés dans ce site                Dernières mises à jour


Le Sahara dans la littérature de l’ère coloniale                   [1 / 7] 

Rachel Bouvet , Université du Québec , Montréal    


   L'imaginaire du désert connaît à l'époque coloniale un développement sans précédent dans le domaine artistique, notamment en littérature. Espace de l'altérité par excellence, à la fois propice à la révélation et à la méditation, comme le veut la tradition biblique, il s'avère être aussi l'espace de la rupture avec l'Occident et de la découverte de l'autre, -le nomade-, un espace des limites, corporelles et mentales, souvent associé au vide, au néant et à la mort, figure de l'altérité ultime.
  La description des vastes étendues, des oasis, des caravanes, passe souvent par le filtre culturel que constitue le désert biblique, avec ses figures de prophètes et d'anachorètes foulant les sables, un désert mythique qui va s'enrichir peu à peu d'une dimension concrète, géographique. Dans les récits de Charles de Foucauld, d'André Gide (Les nourritures terrestres, El Hadj ou le traité du faux prophète), d'Ernest Psichari (Les voix qui crient dans le désert, Le voyage du Centurion), de Théodore Monod (Méharées), l'appel du désert retentit, tel un écho à la parole divine, et invite à la méditation, à la quête du sens, de la révélation. Le désert devient un paysage marquant de la littérature à partir du moment où l'interaction avec cet environnement hostile, morne, résistant à toute tentative de représentation en raison de son caractère immense, donne lieu à des descriptions détaillées. Sa lumière éblouit, aveugle les voyageurs, au point de transformer le regard, celui d'Eugène Fromentin en particulier (Un été dans le Sahara) ; ses couleurs changeantes et ses formes géographiques variées s'imposent dans l'écriture d'Isabelle Eberhardt au point d'imprégner toute son ouvre, marquée par une fascination sans bornes pour les vastes étendues et le mode de vie nomade.  
 fg                                                                                                                   fd