globe
S o c i é t é   I n t e r n a t i o n a l e    d ' E t u d e  
 d e s     L i t t é r a t u r e s    d e     l ' E r e    C o l o n i a l e
                                                                           

         accueil

            
 Présentation de la  société

 Les littératures de  l'ere coloniale

 Les publications


                         Contacts             Liens              Adhésions              Liste des articles publiés dans ce site                Dernières mises à jour


Les paysans noirs de Robert Delavignette
Le colonial et le romancier                                                               [1/24 ]
Jean-François Durand , Universite Paul Valéry , Montpellier III

   Comme le souligne Bernard Mouralis dans son étude sur “Robert Delavignette (1897-1976) et le projet d’une république franco-africaine”1, la Préface des Paysans noirs  (1931) prend soin de prendre ses distances avec tout un courant du roman colonial que l’on peut comparer aux récits exotiques et orientalistes, si avides de reconnaître partout une humanité d’une “essence différente”, pour reprendre une expression d’ André Chevrillon, au retour de son premier voyage au Maroc, en 19052 . Cette différence, il arrive parfois même qu’on l’invente, et que l’on creuse ainsi l’écart entre des aires culturelles et des traditions, que l’on souhaite saisir dans leur splendide isolement et dans leurs formes inaltérées. Certes, cet amour de l’étrangeté n’est pas le même chez tous, et n’entraîne pas les mêmes conséquences philosophiques et politiques. Louis Bertrand, par exemple, n’accentue les distances que pour justifier une vocation impériale qui se doit, si elle veut s’inscrire dans la durée même de l’histoire, de refouler vers ses confins l’autre inassimilable, ou le maintenir dans une sujétion craintive3 . Chevrillon et Pierre Loti (qui l’inspira et qu’il inspira aussi)4, préfèrent quant à eux goûter les saveurs de l’étrange, en une jouissance esthétique, au fond désintéressée, de la “diversalité” du monde chère à Segalen.

Les références aux Paysans noirs  renvoient à l’édition de 1931, Paris, Stock (2ème édition, 1947).
1  Dans République et colonies, Paris, Présence africaine, 1999, p. 61-88.
2 André Chevrillon, Un crépuscule d’Islam, Casablanca, éditions Eddif, 1999, p. 27 (1ère édition, Hachette, 1906).    
3  Devant l’Islam, Paris, Plon, 1926. 
4 Chevrillon lui dédia Terres Mortes. Thébaîde-Judée, Paris, Hachette, 1897. 
 
 fg                                                                                                                   fd