globe
S o c i é t é   I n t e r n a t i o n a l e    d ' E t u d e  
 d e s     L i t t é r a t u r e s    d e     l ' E r e    C o l o n i a l e
                                                                           

         accueil

            
 Présentation de la  société

 Les littératures de  l'ere coloniale

 Les publications


                         Contacts             Liens              Adhésions              Liste des articles publiés dans ce site                Dernières mises à jour


Historique  

1999 - 2003     2004     2005   2006
  2007   2008   2009  2010  2011
2012   2013   2014
2015-2016  2017 

         Depuis une trentaine d'années, les études littéraires francophones ont connu un essor sans précédent, aussi bien en France que dans la plupart des universités étrangères. L'émergence du fait francophone s'est manifestée par des écrivains tels que Raphaël Confiant, Patrick Chamoiseau, Ahmadou Kourouma, Tahar Ben Jelloun, Amin Maalouf, et par l'attribution de nombreux prix littéraires. La même remarque vaut pour le monde anglophone avec Chinua Achebe, Wole Soyinka, J.M.Coetzee, André Brink, Ngugi wa Thiong'o, etc.
         En revanche, la longue histoire des rapports entre une littérature et une géographie, un genre littéraire (le roman, à titre d'exemple) et une expansion coloniale (la France, la Belgique, l'Angleterre et le Portugal) n'a pas retenu autant l'attention des critiques et des chercheurs. Pourtant, cette histoire mérite d'être interrogée sur la longue durée, comme elle l'a été par les études dites post coloniales dans les pays anglophones, car elle seule permet de comprendre l'extraordinaire diversité des expressions francophones et anglophones contemporaines. De ce point de vue, une confrontation entre l'anglophonie et la francophonie serait, à n'en pas douter, des plus instructives et permettrait de faire avancer les recherches en ce domaine.  
     Plusieurs critiques, ces dernières années, ont insisté sur la nécessité de recentrer la recherche sur ce passé en partie enfoui, sur les rapports entretenus entre la littérature et les empires, et sur l'imaginaire spécifique qui en découle. Marc Ferro écrivait en1994 dans son Histoire des colonisations : "N'est-il pas symptomatique que dans les grandes oeuvres de réflexion sur le mémoire ou le passé-de la France-il n'est jamais question des sociétés coloniales : est-ce une omission, un acte manqué, ou un tabou ?" Et cette réflexion vaut aussi pour les histoires de la littérature : il est évident que la géographie de l'ère coloniale, l'influence du thème africain sur la création littéraire sont presque systématiquement sous-estimés.
      Citons encore, à ce propos, Edward W.Saïd :"L'extraordinaire dépendance formelle et idéologique des grands romans réalistes français et anglais à l'égard des réalités de l'empire n'a jamais été étudiée d'un point de vue théorique général."
         C'est sur ce constat qu'un groupe de chercheurs dont le noyau est à l'université Paul Valéry de Montpellier a jugé nécessaire de jeter les bases de la S.I.E.L.E.C. Déjà, en 1999, une équipe de plus de trente universitaires s'était formée pour publier trois volumes intitulés Regards sur les littératures coloniales, l'Harmattan.
                      
                                                                                                                    fd